jeudi, juin 11, 2020

Bas les masques





(photo: Paul Bachmann)

Fontaines DC,
qui avait déjà posé une mini bombe dans ces pages,
à l'époque,  avec un extraordinaire "big", et sa vidéo radicale,
c'était il y a un peu plus d'une année,
et ils étaient encore peu de choses,
mais déjà brillants,
depuis, ils ont intégré (entre autre) la playlist de FranceInter,
(oui, oui, testé cet après-midi sur le parking du fameux Intermarché de Magny.
bonne adresse)
c'est vous dire le chemin parcouru.

parfaite chanson d'amour
post confinement,
s'il fallait ponctuer cette période trouble,
ces énervés Dublinois ont trouvé les mots,
(écoutez ce texte, traduisez-le si nécessaire,
c'est beau comme du Lalanne
enfin, presque)

ils reviennent,
et nous rappellent à quel point le rock (gros mot)
est moribond
puisqu'à part eux, et une poignée d'aficionados,
..hum, hum

Mais ces furieux irlandais bossent aux Urgences,
et maitrisent les soins comme personne,
raniment la bête,
pour un nouveau chapitre!
C'est la fête.
applaudissements (fournis) aux balcons

Fontaines DC est leur nom
A hero's death
leur nouveau fait d'armes,
et je pèse mes mots.



vendredi, mars 06, 2020

Beau Bizarre

Photo @Stay Awake/Livy Bertrand

Voilà le parfait combo qui additionne, sans vergogne,
tout ce qui, d'ordinaire,
m'encourage à passer mon chemin:

en français dans le texte
-ouch, périlleux
(mais bravo d'essayer)

pratique l'hommage sixties,  et dansant
-aïe, comme tant d'autres
(il doit y avoir une raison)

blouson doré
-pfff, Anna, fille cadette de Le Clézio
(mais restons objectifs)

après the Liminanas, qui surfent sur la même vague rétro/tiède
(un peu surestimés, à mon goût)
voici la nouvelle coqueluche des playlists Radio Nova:
Juniore

Et bien soit
en ce mois de mars humide à pleurer
ne boudons pas la chose
et laissons-nous aller
en attendant des jours meilleurs
et qui sait, il se pourrait qu'ils soient encore à tourner sur nos platines
aux premiers rayons de soleil

Anna Jean, voix et textes
(conception pochettes, et vidéos)
Swanny Elzingre, aux tambours
et Samy Osta, musicien producteur
(qui travaille pour La Femme ou feu ! Chatterton, par ailleurs)

pour illustrer le propos
cette petite chose mi-Morricone, mi-B 52's
On a aimé pire


vendredi, janvier 17, 2020

sous le soleil, exactement


Drôle de nom, "Jaialai" pour ce combo de Miami (Floride), qui pratique un léger rock garage teinté shoegaze, voire afro-cubain (voisins), que le commun des mortels (paresseux) résumera par psyché.
Soit,
Effaçons l'étiquetage d'usine et jugeons par nous-mêmes:
Cette contrebasse (Mario) qui chaloupe et ondule cette petite chose, de bout en bout,
sur une rythmique fidèle et régulière (Ricky)
le tout nappé des guitares cristallines d' Oscar et Mario,
transporte la voix éthérée de Jovi pour un voyage de 3 minutes 14.
Il n'en faut pas plus pour faire passer la Floride,
de
terre d'accueil pour retraités fortunés,
à
nouvel eldorado indie de la côte Est.
C'est dingue ce qu'on peut faire en 3'14".
D'accord,
c'est exagéré.
Mais
ces gars là..
s' ils persistent
et se reproduisent,

sait-on jamais.